Salfistes et Frères musulmans, origines et stratégies

Les salafistes et les Frères musulmans constituent aujourd’hui les fers de lance d’un islam conquérant. De Damas à Paris, de Ryad à Bruxelles, de Dubaye à Genève, ils sont présents partout. Soutenus par l’Arabie-Saoudite et le Qatar, ils souhaitent infléchir le cours de l’Histoire et poursuivre ce qu’a initié Mahomet il y a 14 siècles de cela….

Le salafisme, le wahhabisme et les Saoud

Le salafisme

Salafisme provient du mot salaf qui signifie « ancêtres » et qui désigne les compagnons de Mahomet ainsi que les deux générations qui lui succédèrent.

Le salafisme est un courant de pensée sunnite qui prône le respect strict de l’islam originel (l’islam des salaf). Pour ce courant de pensée, l’expansion rapide de l’islam dans les premiers siècles est liée à la pureté de la foi des salafs. Et au contraire, tous les problèmes qui touchent le monde musulman sont liés à ce que les musulmans s’écartent de cet islam originel en l’adaptant aux circonstances qu’ils rencontrent. Pour le salafisme il faut rejeter tout ce qui est extérieur au Coran et à la sunna, toute forme d’adaptation, de compromis avec une autre culture.

Le wahhabisme

Le wahhabisme tire son nom de son fondateur Mohammed ibn Abd el-Wahhab (1703-1792). El-Wahhab est un salafiste. Le mouvement qu’il initie, le wahhabisme, constitue une revivification du salafisme. Ainsi, aujourd’hui, wahhabisme et salafisme sont devenus, dans le langage courant, synonymes.

Le califat ottoman

L’islam est une religion totalisante qui légifère aussi bien dans le domaine cultuel que politique, économique ou social… L’islam ne peut s’exprimer pleinement qu’au sein du califat. Le califat est un territoire régi par la Loi musulmane, la charia. Il est dirigé par le calife, le successeur de Mahomet.

Le dernier califat fût le califat ottoman (1517 – 1924). Au fait de sa puissance, l’empire ottoman s’étendait sur le sud est de l’Europe, le tour de la mer noire, le proche orient, la péninsule arabique et l’Afrique du nord. C’était un immense empire constitué d’une multitude de peuples, de tribus, de principautés.

Les Saoud et le wahhabisme

Mohammed ibn Saoud, était le prince de Dariya, un village, situé dans la péninsule arabique, sous le régime ottoman.

En 1744 el-Wahhab et ibn Saoud conclurent une alliance. Cette alliance visait l’expansion conjointe du territoire des Saoud et du wahhabisme.

Le wahhabisme servit à établir la domination des Saoud sur les tribus voisines en leur donnant une légitimité religieuse. Le premier État saoudien vit ainsi le jour.

Devant l’expansion de cette alliance le califat ottoman organisa une riposte et mit fin au premier État saoudien en 1818. Un deuxième État saoudien est fondé six ans plus tard, mais disparaît aussi en 1891.

Le retour de l’alliance

Au début des années 1920, suite à des tensions internes et aux attaques des empires coloniaux français et britannique, l’empire ottoman s’effondre.

Profitant de la fin de la tutelle ottomane et avec le soutien des britanniques, Ibn Saoud réactive l’alliance de ses aïeux avec les wahhabites et conquiert la péninsule arabique en soumettant par la force les tribus qui la composaient. Le wahhabisme servit à unifier le nouveau royaume en imposant une base idéologique commune. L’Arabie Saoudite voit officiellement le jour le 22 septembre 1932.

Origine des Frères musulmans

Si la fin du califat ottoman a constitué une opportunité pour certains, elle est vécue dans le monde musulman comme un véritable choc. Pour les musulmans, de la mort de Mahomet en 632 à la destitution du dernier calife en 1924, il y a toujours eu un représentant de l’islam sur Terre. La fin de l’empire ottoman signe la fin de l’islam à la fois religieux et politique tel qu’il avait été mis en place par Mahomet.
En 1929, cinq ans après la destitution du dernier calife, un instituteur égyptien, Assan Albana, fonde les Frères musulmans avec pour slogan : « Nous voulons le Coran pour constitution », soulignant ainsi le souhait d’un retour du califat et d’un islam à la fois religieux et politique tel qu’il avait existé depuis l’arrivée du Prophète à Médine.

Si les salafistes ont pour mécène le royaume saoudien, le Qatar est devenu depuis quelques années le mécène des Frères musulmans. Dès 2003, dans un article de Asharq Alawsat, Maamun Fend, penseur égyptien libéral estimait que la moitié du personnel d’Al Jazeera était membre des Frères musulmans. Al Jazeera est devenu aujourd’hui le portevoix de la confrérie.

La stratégie des islamistes
Islamisation de la France