Dieu n’est qu’amour

Voici un extrait de l’ouvrage Joie de croire joie de vivre, qui fut l’un des livres de théologie fondamentale les plus vendus de ces trente dernières années. Son auteur, François Varillon est un jésuite.

« Je vous invite à passer par le feu de la négation car ce n’est qu’au-delà que la vérité se dégage vraiment. Dieu est-il Tout-Puissant ? Non, Dieu n’est qu’amour, ne venez pas me dire qu’il est Tout-Puissant ? Dieu est-il Infini ? Non, Dieu n’est qu’amour, ne me parlez pas d’autre chose. Dieu est-il Sage ? Non. (…)

Dire que Dieu est Tout-Puissant, c’est poser comme de fond une puissance qui peut s’exercer par la domination, par la destruction. (…) Beaucoup de chrétiens posent la toute-puissance comme fond de tableau puis ajoutent, après coup : Dieu est amour, Dieu nous aime. C’est Faux ! La toute-puissance de Dieu est la toute-puissance de l’amour, c’est l’amour qui est tout-puissant !

On dit parfois : Dieu peut tout ! Non, Dieu ne peut pas tout, Dieu ne peut que ce que peut l’amour. Car il n’est qu’amour. Et toutes les fois que nous sortons de cette sphère de l’amour, nous nous trompons sur Dieu et nous sommes en train de fabriquer je ne sais quel Jupiter. (…)

La mort du Christ nous révèle ce qu’est la toute-puissance de Dieu ; ce n’est pas une puissance d’écrasement, de domination (…) Non, il n’est qu’amour mais cet amour est tout-puissant.

Je réintègre les attributs de Dieu (toute-puissance, sagesse, beauté…) mais ce sont les attributs de l’amour. D’où la formule que je propose : L’amour n’est pas un attribut de Dieu parmi ses autres attributs mais les attributs de Dieu sont les attributs de l’amour. »7

On commence à comprendre ici la nouvelle échelle de valeur dont parlait Maurice Zundel au début de notre article.

 Pleinement homme et pleinement Dieu

Pour les chrétiens Jésus est pleinement homme et pleinement Dieu. Il révèle ainsi qui est Dieu et qui est l’homme. Jésus est Dieu :

« Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : (…) Celui qui m’a vu, a vu le Père. »8

Jésus est Dieu, et montre par ses enseignements et par sa vie, que Dieu est amour. Pour reprendre une expression de Maurice Zundel, la Passion du Christ, c’est la passion de Dieu pour l’homme, c’est un Dieu qui meurt d’amour pour celui-là même qui refuse de l’aimer.9

Jésus est homme, il révèle le sens de la vie humaine, il est le chemin qu’est invité à emprunter tout homme :

« Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? Jésus lui dit : Je suis le chemin. »10

Jésus n’explique pas une doctrine qui permettrait d’obtenir le salut. Il ne donne pas un nouveau code qui permettrait à celui qui l’applique d’entrer au paradis. Il n’explique pas quel est le chemin qui mène de notre monde à l’autre. Pour les chrétiens, il est le chemin. Il est constitutivement parlant le chemin, il est pleinement homme et pleinement Dieu. Il est le pont, le trait d’union entre l’humain et le divin. C’est pour cela que les évangiles ne sont pas des ouvrages doctrinaires, mais les récits de la vie du Christ. Car c’est par sa vie, à travers des exemples concrets de ce qu’il a fait, que les chrétiens voient qui est Dieu, qu’ils comprennent ce que c’est qu’être fils de Dieu, et donc à quoi l’homme est appelé. Car si Dieu s’est fait homme, c’est pour que l’homme à son tour vive de la vie même de Dieu, devienne lui-même fils de Dieu.

Sources

7 VARILLON François, Joie de croire, joie de vivre, Paris, éditions Bayard, 2000, pp.25-26.
8 Bible (Jn 14, 8-9)
9 ZUNDEL Maurice, Un autre regard sur l’homme, Paris, éditions Fayard, 1998, pp.110, 115.
10 Bible (Jn 14, 1-6)

Comment faire une jolie crèche de Noël ?
L’Église, corps du Christ